Accueil > Réformes en cours > La LOPPSI II enfle jusqu’à s’envoler…

La LOPPSI II enfle jusqu’à s’envoler…

Les sénateurs ont examiné en première lecture la LOPPSI II et ont adopté le texte largement amendé vendredi dernier (V. une présentation [parfois critique] des principales dispositions de cette loi sur Dalloz actualité en accès libre aujourd’hui). Au-delà des aspects de la loi les plus médiatisés (peine plancher, comparution immédiate pour les mineurs..), les partisans du tout sécuritaire y trouveront leur compte… 

La liste des nouvelles incriminations pourrait presque faire penser à une liste à la Prévert (il y manque une dose de poésie:

  • l’incrimination et la sanction de la contrefaçon de chèques en bande organisée (art. 3 de la loi) ;
  • l’incrimination de la transmission de messages incitant « des mineurs à se livrer à des jeux les mettant physiquement en danger » (art. 4 bis de la loi) ;
  • l’incrimination d’identification par les empreintes génétiques sans le consentement de l’intéressé (hors enquête de police, fins médicales ou recherche d’identité d’une personne décédée ; art. 7 de la loi) ;
  • l’incrimination de révélation de l’identité d’espions infiltrés (art. 20 de la loi) ;
  • l’incrimination de vente à la sauvette (art. 24 sexies de la loi) ;
  • l’incrimination pour l’achat, la détention ou l’utilisation d’un appareil laser « non destiné à un usage spécifique » (art. 24 unvicies de la loi) ;
  • l’incrimination pour distribution d’argent à des fins publicitaires sur la voie publique (art. 24 quinquies) ;
  • l’incrimination de création d’un risque pour la sécurité des voyageurs en pénétrant sans autorisation dans une zone affectée à la conduite des trains (art. 24 duodecies A de la loi) ;
  • l’incrimination de conduite d’un véhicule non équipé d’un dispositif d’anti-démarrage par éthylotest (pour la personne ayant été précédemment condamnée pour conduite en état d’ivresse ; art. 26 de la loi) ;
  • l’incrimination pour la vente de points sur le permis de conduire (art. 29 de la loi).

En procédure on relèvera :

  • les conditions d’usage du fichier des empreintes génétiques « parallèle » (avec toutefois une précision sur les conditions d’effacement par le parquet [art. 8 de la loi]et la suppression du texte élargissant la liste des personnes pouvant consulter le fichier [art. 9 de la loi]) ;
  • la création des fichiers d’antécédents et d’analyse sérielle et des logiciels de rapprochement judiciaire (art. 10 et 11 ter de la loi) ;
  • la qualité d’agent de police judiciaire pour les stagiaires de la police (art. 32 octies de la loi) ;
  • la possibilité pour les agents de police judiciaire adjoints (sous la responsabilité d’un OPJ) d’effectuer des contrôles et dépistages d’usage de stupéfiants ou d’alcool par des conducteurs (art. 31 ter);
  • la création d’un corps de policiers et gendarmes volontaires (que l’on peut comparer aux pompiers volontaires (art. 37 quater de la loi).
Categories: Réformes en cours Tags: