Accueil > Politique criminelle, Stupéfiants > Lutte contre le trafic de drogue : mise en œuvre du plan gouvernemental 2008-2011

Lutte contre le trafic de drogue : mise en œuvre du plan gouvernemental 2008-2011

Lors du conseil des ministres du 23 février, Brice Hortefeux est revenu sur la mise en œuvre, confiée par le président fin 2009, d’un plan de lutte contre le trafic de drogue, complétant les dispositions du plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les toxicomanies 2008-2011.

Côté bilan, le ministre a mis en avant plusieurs chiffres : 50 agents des services fiscaux affectés dans 44 quartiers sensibles ; effectifs de l’office central de répression du trafic illégal de stupéfiants renforcés à hauteur de 37 nouveaux agents ; 7000 opérations « coup de poing » (actions de déstabilisation du trafic « de proximité ») menées depuis le printemps 2010, pour une moyenne aujourd’hui de 900 par mois ; 60 tonnes de produits saisies en 2010 (et des confiscations atteignant les 40 millions d’euros)

Côté prospective, plusieurs mesures ont été annoncées pour 2011 : multiplication des opérations « coup de poing » et renforcement des contrôles des axes routiers d’acheminement ; désignation de référents au sein de la direction générale des finances publiques dans les départements ne comportant pas d’agents des services fiscaux affectés dans les quartiers sensibles ; poursuite du renforcement des effectifs de l’Office central de répression du trafic illégal de stupéfiants ; création de 14 nouvelles unités cynophiles spécialisées, qui viendront s’ajouter aux 47 équipes formées et affectées en 2010 ; désignation d’un délégué national à la lutte contre le trafic de drogue (« priorité absolue pour la sécurité des Français et la cohésion nationale »)…

Categories: Politique criminelle, Stupéfiants Tags:
  1. basba
    01/03/2011 à 17:02 | #1

    S’il y a un domaine qui va être destabilisé par la réforme de la GAV, c’est bien celui de la lutte contre les stupéfiants.
    La fin des régimes dérogatoires et la protection exacerbée des usagers en régime de droit commun va considérablement nuire à l’élucidation policière.
    Car s’il y a bien des gens qui n’avaient pas besoin d’une telle mansuétude législative, ce sont les trafiquants de drogue dont l’expertise en matière de dissimulation de preuves et de fragmentation des éléments constitutifs de l’infraction est remarquable.
    Il y a donc un grand paradoxe, pour ne pas dire un oxymore, à parler de « priorité absolue pour la sécurité des Français et la cohésion nationale » en période de réforme de GAV.

  2. polo
  1. Pas encore de trackbacks