Accueil > À lire, Atteintes aux biens, Divers, Expériences > Les « voisins vigilants », nouvelle arme contre les délinquants ?

Les « voisins vigilants », nouvelle arme contre les délinquants ?

Par une circulaire du 22 juin, Claude Guéant demande aux préfets de promouvoir le dispositif de « participation citoyenne » à la sécurité, déjà expérimenté dans vingt-neuf départements.

Le dispositif, qui s’appuie sur la « solidarité de voisinage », s’inspire de l’expérience anglo-saxonne de « neighbourhood watch », née dans les années 1960 aux États-Unis, et consistant, pour un groupe de personnes vivant dans un même quartier, à « surveiller » la criminalité susceptible de survenir dans le périmètre délimité de la « communauté ». Il existe, sous des formes diverses, au Royaume-Uni, au Canada, mais également en Allemagne, en Norvège, en Autriche, et aux Pays-Bas.

Les « voisins vigilants » à la française, eux, se voient assigner trois objectifs, décrits dans la circulaire : rassurer la population dans le cadre d’une « sécurité partagée » ; améliorer la réactivité des forces de sécurité quant à la délinquance d’appropriation ; accroître l’efficacité de la prévention de proximité.

Sur le premier volet « sécurité partagée », le ministre précise la démarche à suivre pour favoriser la mise en place du dispositif : analyser objectivement le contexte local (ainsi, certaines caractéristiques géographiques et sociologiques devront être réunies – la circulaire désigne les zones périurbaines et pavillonnaires à forte concentration de résidences principales où « une certaine cohésion sociale existe », mais évoque d’ores et déjà une extension aux « zones où le sentiment d’insécurité des populations est le plus fort » ; de même, l’adhésion des élus concernés devra être recueillie), puis rechercher l’engagement de la population (par des actions de sensibilisation impliquant élus, gendarmes et policiers). Une « stratégie de communication » devra s’appuyer sur le milieu associatif et les structures existantes (conseil local de prévention de la sécurité, notamment). Le but est de développer chez les citoyens volontaires « un comportement de nature à mettre en échec la délinquance » (accomplissement d’actes élémentaires de prévention de la délinquance, posture de vigilance accrue face à des comportements suspects et « réflexe de signalement » de tout fait anormal)… Un protocole fixant les modalités pratiques, les procédures d’évaluation, de suivi et de contrôle sera élaboré.

Sur le volet « lutte contre la délinquance d’appropriation », le ministre met en avant les résultats significatifs (baisse du nombre de cambriolages, augmentation des interpellations en flagrant délit) obtenus dans quelques départements-tests (Drôme, Alpes-Maritimes, Essonne). Il précise que le rôle des voisins vigilants est de permettre une intervention ciblée des forces de sécurité et qu’ils « ne sauraient se prévaloir de prérogatives administratives ou judiciaires ».

Sur le volet « prévention », enfin, le ministre juge que le dispositif « participe autant de la sécurité que du renforcement social entre les habitants »…

Une date (31 juillet) est fixée aux préfets pour faire remonter les mesures prises localement ; en outre, des travaux seraient en cours pour permettre de faire bénéficier ces « voisins vigilants » du statut de collaborateur occasionnel du service public.

Sans polémiquer à notre tour, on ne pourra s’empêcher d’établir un parallèle entre cette initiative et le récent rapport de la Cour des comptes qui met à mal l’organisation et la gestion des forces de sécurité publique…

Pour des premiers retours de terrain, Lire Rue89.

  1. 12/07/2011 à 11:59 | #1

    Notre Ministre de l’Intérieur nous promet des lendemains qui chantent…. Cette circulaire anodine(?) et bien dans l’air du temps de la participation citoyenne à tous les échelons de notre justice, me fait « furieusement » penser à ce film hispano-mexicain « La Zona, propriété privée ». Le film raconte la vie dans un quartier privé, ville dans la ville,avec sa milice privée, des normes et des règlements édictés par ses résidents lors d’assemblées d’aspect démocratique. A l’occasion d’un cambriolage qui tourne mal , une chasse à l’homme est lancée , la police judiciaire est écartée …et se laisse écarter complaisamment ..laissant libre champ à ces citoyens honorables et terriblement « participatifs ».
    A méditer étant précisé que je n’ai pas de retour notamment sur les expériences canadienne et norvégienne , pays et sociétés qui me semblent plus pacifiques par nature que les sociétés anglaise et américaine.

  1. Pas encore de trackbacks