Accueil > Formations - Colloques, Politique criminelle > La criminologie en France : le débat est relancé

La criminologie en France : le débat est relancé

Après l’annulation de la très controversée section 75 du Conseil National des Universités (CNU) par arrêté ministériel du 6 août 2012 abrogeant l’arrêté du 13 février de la même année ayant créé cette section (V. ce Forum), le débat est relancé au sein de la communauté des chercheurs, des experts et des enseignants-chercheurs.

Il est unanimement reconnu que cette discipline manque de visibilité et a du mal à trouver son positionnement dans le système universitaire français actuel (V. à ce sujet, A. Blanc, La criminologie et l’université, Culture et Droit 2013. 66).

Deux ateliers de travail vont être organisés par la Conférence pluridisciplinaire des directeurs  de centres de recherche et de diplômes en criminologie afin de faire avancer la réflexion sur la place de la criminologie et de la recherche dans ce domaine en France.

Le premier atelier est organisé conjointement par le Centre d’étude et de recherche en sciences criminelles de Cergy-Pontoise (CERSC) et le Centre de droit pénal de Lyon  (CDP)  et aura lieu à Cergy-Pontoise le 28 janvier prochain : Atelier Criminologie 28.01.2013

A suivre…

E. Allain

  1. 27/01/2013 à 19:58 | #1

    C’est bien de réfléchir comme si cette question était nouvelle. Mais elle est très ancienne. Et, visiblement, certaines personnes ne veulent pas que ça avance. C’est évident que cette discipline devrait être enseignée et c’est encore plus évident qu’elle touche à plusieurs disciplines telles que la psycho, le droit, le socio, les sciences sociales, etc. Il y a déjà eu plusieurs commissions parlementaires. On sait tout ! On a toute la théorie !! Il faut être en France pour assister à cela. On commence à paraître ridicules pour les autres pays. Il n’y a pas longtemps, à un colloque Outre-Atlantique, j’ai entendu :  » alors sur ce type de récidive, la France est super bonne car elle n’a pas de récidive. Euh pardon, je crois plutôt qu’ils n’ont pas de recherches fiables sur ce type de récidive.  » Le chercheur souriait. Et je le comprends un peu. La Crimino n’est ni de droite ni de gauche. Elle doit ÊTRE, c’est tout.

  2. 31/01/2013 à 18:01 | #2

    après avoir tout fait ( et le dire c’est peu !) pour que la section 75 de criminologie ne voit pas le jour et considérer la criminologie impropre à l’université de nouveaux directeurs de recherches en sciences criminelles deviennent criminologues !
    ou, comment s’approprier ce qui passe dans l’air du temps

  1. Pas encore de trackbacks