Accueil > Divers, Expériences > Trois coups, un coup de cœur, une cour d’assises

Trois coups, un coup de cœur, une cour d’assises

Au Nouveau Théâtre de Montreuil se jouait hier soir (et pour quelques jours encore) « Please Continue [Hamlet] », création originale de Yan Duyvendak et  Roger Bernat, dans laquelle Hamlet – RSA, alcool et petits trafics en décor – est jugé pour le meurtre de Polonius par une cour d’assises très spécialement composée. Si l’accusé, sa mère (Gertrude) et la partie civile (Ophélie) sont en effet interprétés par des comédiens, les rôles du Président, de l’Avocat général, de l’expert psychiatre, des avocats de la défense et de la partie civile et jusqu’à celui de l’huissier audiencier sont en effet tenus par des professionnels ayant accepté de jouer le jeu. Appuyée sur un dossier d’instruction existant qui ressemble à s’y méprendre à l’histoire d’Hamlet, l’audience se tient en trois heures sous les yeux du public parmi lequel sont à la fin tirés au sort huit jurés qui se retirent pour délibérer. Verdict d’hier soir : Hamlet est reconnu coupable de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner et condamné à cinq ans d’emprisonnement dont trois avec sursis. Mais il s’en était moins bien tiré samedi avec une condamnation pour meurtre à dix ans. Il avait auparavant été acquitté dix- huit fois, et condamné plus de vingt à des peines allant de un à dix ans… 

Coup de cœur, donc, pour cette pièce qui fait prendre au public-jury la mesure de la difficulté de juger, le carcan des règles, les aléas d’une enquête.

Si vous êtes du côté de Foix les 3 ou 4 décembre 2013 (L’Estive, scène nationale), emmenez donc vos proches – de préférence non pénalistes, de moins de 25 ans et adeptes de séries policières US –voir quel sort sera fait à Hamlet ces soirs-là… Sinon, vous pouvez toujours les convaincre d’assister à un vrai procès d’assises.

Maud Léna

Categories: Divers, Expériences Tags:
  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks